AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 L e d w i n e → Ghost&Co

Aller en bas 
AuteurMessage
Ledwine G. Wedenson

avatar

● Messages : 629
● Date d'inscription : 16/07/2009

Informations

Les Relationship:

Cursus & Options:

MessageSujet: L e d w i n e → Ghost&Co   Sam 20 Fév - 20:15

“ Ledwine G. Wedenson ”
played by Alexis Bledel.



    © Deloria


      more about you, guy.

      NOM : Wedenson
      PRÉNOMS : Ledwine, Gabriella
      ÂGE : 19 ans (en apparence) & 52 ans en vérité.
      DATE & LIEU DE NAISSANCE : 12/03/1958 en Australie
      CLASSE SOCIALE : Riche
      ETUDES / JOB : Littérature 1ère année et serveuse dans un bar de New York le week end.





    ce que tu ne pourras cacher.


HISTOIRE : Post Suivant →

FAMILLE : Les parents de Ledwine sont très amoureux et jamais ils n'ont pensés à se séparer, d'abord pour préserver leurs enfants et ensuite parce que leur amour avait traversé tellement d'épreuve qu'ils n'allaient pas tout plaquer comme cela, après des années de bataille ! La mère de la jeune fille se nomme Kayleen Summers et c'était un des plus grands mannequins australiens avant qu'elle ne change de travail après la naissance de sa fille ainée, Ledwine. Elle devient alors directrice d'une parfumerie en plein centre de Melbourne et peut alors plus s'occuper de sa fille mais tout de même pas plus de deux ou trois heures par jour, à raison de deux heures le soir et une heure le matin. Le père de la jeune fille lui se nommait Rodrick Fernandez, et était chercheur en sciences humaines et producteur de mannequinat, c'est là qu'il a rencontré sa femme, et ça à de suite été le coup de foudre. Au début, il invitait la jeune femme à des soirées en lui faisant croire que c'était professionnel et elle était déçue. Mais un jour, elle lui a tout avoué et partageant ses sentiments, ils se sont marié en toute discrétion [pas pour longtemps car la presse eu des renseignements d'un invité qui a tout dévoiler du mariage] et deux ans plus tard, Ledwine pointait le bout de son nez, suivit trois ans après de sa petite sœur, Joyce. Les deux princesses de la famille comme les appelait leur père vivèrent ensemble dés la naissance de la cadette et elles s'entendaient parfaitement. Ledwine disait à sa petite sœur, lorsqu'elle était triste que ses parents soient absents, qu’elle serait toujours là pour elle, et elle lui racontait des histoires, comme sa mère le faisait pour elle. En grandissant, les deux jeunes filles restèrent proches et jamais ne se séparèrent longtemps... Ledwine n'a jamais connu ses grands-parents, morts avant l'heure et ses oncles et tantes habitant à l'autre bout du monde, elle à dû les voir une fois ou deux, comme sa petite sœur et elle ne s'en rappelle plus. En outre, la jeune femme est très attachée à sa famille, elle ne supporterait pas qu'il lui arrive malheur et elle veut rester proche d'elle pour toujours. C'est une famille très soudée et unie et qui, malgré les difficultés de la vie n'a jamais flanchée. Ledwine en est fière
.


CARACTÈRE : Je ne suis pas du genre à dévoilé mes secrets, même ceux sur moi même, mon esprit tordu est bien trop tordu justement pour tous. On m'a souvent prise pour une folle lorsque je faisais l'excentrique à l'école et j'ai faillis me perdre dans l'ennui des retenues plus d'une fois. Malgré ma classe sociale, mes amie, d'ailleurs aucune ou presque faisant parti de cette classe sociale, n'ont dit que j'étais un temps soit peu vaniteuse, j'ai toujours su garder la tête froide et les pieds sur terre, ça ne sert à rien de se montrer à tous comme la reine des morceaux de papiers colorés dans le portefeuille en croco, il vaut toujours mieux se montrer tel qu'on est à l'intérieur, les gens vous respectent plus et tout est plus agréable ainsi. C'est pourquoi, je n'ai jamais été arrogante ou orgueilleuse, ce serait trop, et mes parents en sont fiers, ils ne veulent pas d'une fille pleine de haine pour les gens en dessous du million de dollars. J'ai toujours su être généreuse et attentive aux autres, il le faut et je trouve que ça permet de mieux cerner une personne si on la connait telle qu'elle est et comme on la voit, pas comme celle qu'on nous dit qu'elle est. C'est pourquoi, j'ai appris très tôt à penser par moi même et à juger les choses par après plusieurs temps d'observation et de culture. Je sais être à l'écoute mais avec moi, il vaut mieux avoir une bonne raison à un mal, sinon, on ne mérite pas ce don d'être humain, on ne doit pas se plaindre à chaque épreuve, plutôt apprendre à les surmonter, c'est ce que je fais, c'est ce que j'ai fait, toute ma vie et encore aujourd'hui. Pourtant, malgré mon amour à revendre et mon attention pour tous, je sais être très impulsive, et ça m'a souvent perdu, ainsi que mon hyperactivité, il faut que je fasse quelque chose, il y a tant de chose à faire en ce monde, et j'ai du mal à me contrôler parfois, il faut que quelqu'un me calme et je suis très vite gagnée par la panique. Et dans ces moments, au lieu d'être renfermée, je suis froide avec tous, c'est ma carapace, et distante, de peur que quelqu'un remarque ma peur incontrôlable. Je suis aussi d'une nature possessive et jalouse, avec tous, ma famille comme mes amis. Ce n'est pas un trait caractériel de naissance, j'ai ça depuis que certains amis m'ont trahies pour d'autres qui ont réussies à les avoir dans leur filets. Je me méfis donc maintenant et chaque nouvelle connaissance à droit à un espionnage quasi immédiat. J'ai une autre chose qui m'a toujours servit, une chose indispensable d'avoir dans mon monde, de la ruse ou comme certain appellent, un don de manipulation des gens... Je sais, ce n'est pas très jolie mais voilà, dans mon univers, il faut avoir des bons tuyaux et savoir être indépendant, ce que je ne suis pas d'ailleurs, à mon grand regret, je n'arrive pas à me décrocher de mon enfance. Il faudra un jour que je remédie à cela mais pour le moment, je me concentre sur mes étude et mon avenir, incertain et perdu, ou pas, je sais m'accrocher, j'y arriverais...
Extrait du Journal de Ledwine Wedenson.


PHYSIQUE : Ma mère m'a toujours dit que ce qui comptais vraiment chez une personne c'était sa beauté intérieure, elle en savait quelque chose et je me doutais de ce qu'elle avait pu ressentir étant mannequin lorsque els hommes lui faisaient des avances juste pour son... corps. Elle avait peur de ça, de tomber sur un homme qui ne l'aimerais que pour sa peau douce et ses cheveux magnifique, puis, papa est arrivé et c'était enfin un véritable amour. Je n'oublierais jamais ce qu'elle m'a dit si souvent, et parfois, j'ai peur aussi quand j'entends des gens siffler dans la rue, apparemment, mon passage dans le monde n’a pas effacé ce que mon père appelait ma douce aura de déesse. Je ne suis pas ce genre de fille qui se vante de sa beauté, au contraire, je ne prends jamais grand soin de moi, ce qui donne souvent des cheveux en bataille, emmêlés et rêches, des ongles rongés et rougis, sans vernis, et plein de coupures et éventuellement, des collants troués qui n'ont pas le temps d'être changés et autre petits désagréments de ce genre. je sais, ce n'est pas très digne d'une fille de mannequin mais au moins, ce évite qu'on me regarde avec des yeux envieux, on me regarde plutôt en grimaçant lorsque je suis comme je viens de l'énoncer et je préfère cela. De toute façon, je n'aime pas mon corps, déjà, je me trouve trop grande, et pas assez grosse, ça peut paraître étrange mais je préfère avoir des formes, hé oui, c'est plus... naturel et plus beau je trouve que toutes ces femmes plates comme des limandes. En outre, j'ai des cheveux que je ne sais pas coiffés, soit ils sont lâchés et beaux, ça c'est quand je me fais coiffer par quelqu'un, et sinon, c'est un véritable carnage avec des apis et mèches qui rebiquent, une catastrophe quoi ! Je n'aime pas le maquillage mas ce n'est pas très gênant parce que mon visage est plat et que j'ai un beau teint qui je n'ai pas besoin de tartiner de couleur rosâtre puisque ça vient tout seul quand je ris par exemple. Le rouge à lèvres n'est là qu'en cas de fête, tout comme les vêtements corrects et soignés. J'ai un petit nez fin, qui rougis comme personne quand j'ai la grippe et que j'ai peur, aller savoir pourquoi... Ma mère disait aussi que j'avais deux joyaux d'ébène sur un châssis d'argent, comparaison de mes yeux sombre et brillants sur ma peau très pale et lisse. Contrairement aux autres femmes, j'ai de grands pieds, du 41 ! Je tiens ça de mon cher papa qui chausse très haut et croisé avec les petits pieds de ma mère, ça fait une moyenne encore assez élevé. Mes jambes ressemblent à deux baguette que pas mal de garçons aiment regarder et que je ne montre pas souvent vu que je porte essentiellement des pantalons, mais même ainsi, mes très fines gambettes se voient, à mon grand damne, une autre partie de mon corps où j'aimerais avoir des formes et où le ciel m'a soit disant gâté avec des jambes sublimes et lisses comme de la soie... C'est ça ouai ! Je m'en fiche de mes jambes, ce n’est pas pour ça qu'on aime quelqu'un... enfin j'espère... Bon, passons le reste très vite, je dois vous souler là avec mes jambes trop longues.. J'ai de fines mains, toujours aussi blanches, une petite poitrine, une jolie bouche gourmande et un beau petit popotin. Maintenant que vous savez tout ça sur moi, vous devez me prendre pour une folle, rassurez vous, c'est normal. je suis peut être une des seules filles de mannequin, millionnaire et bourrer de belles origines corporelles à ne pas aimer mon corps de rêve parfois pas de rêve, et je sais, ça peut paraître étrange mais c'est comme ça, one st pas tous vantard et vaniteux. Si ça ne plaît pas à quelqu’un, il n'a pas son mot à dire, c'est mon corps, alors je décide ! Point final. Fin de la conversation .

SOCIAL : Bon d'accord, je ne suis pas si fière que ça pour ceux qui voudraient savoir, de mes millions en banques mais c'est vrai que ce n'est pas déplaisant, j'aime ça, je l'avoue, et alors ? tout le monde aimerait ça si tous avait une telle fortune… j'estime que je suis dans mon droit, mes parents, ma mère mannequin millionnaire et mon père chercheur scientifique très riche et producteur de mannequin encore plus riche m'ont laissez une fortune, je les en remercies mais j'aurais tout aussi bien pu vivre dans un environnement plus modeste que c'a n'aurait pas trop changé ma vie, je vous assure ! Parfois, tout le monde pense que nous, les gens riches, on vit très heureux, toute notre vie, mais c'est faux. C'est un cauchemar, on ne voit pas ses parents parce qu'ils sont absents pour affaires et toute sa vie d'enfant est guidé par une nurse qu'on considère finalement comme une deuxième mère. Ce n'est pas ça la vie, je l'ai vite compris. Mais je suis une bourge comme dise les français et je ne peux pas renier mes origines dans ce milieu social très aisé.



    question de professionnalisme.


ETUDES / JOB : Première année en Littérature à Roosevelt. Travaille le samedi et le dimanche soir dans un club New-Yorkais où elle est serveuse et danseuse.
MATIÈRES PRINCIPALES : Littérature, Français
POURQUOI CES ETUDES / JOB : « Maman, raconte moi une histoire ! » L'enfant se blottie contre sa couette après avoir déposer le livre qu'elle voulait sur sa table de nuit. La jeune femme commença la lecture et la fillette tomba dans un profond sommeil au bout d'un moment. Ces moments d'intimité étaient les seuls qu'elle pouvait passé seule avec sa mère, sans qu'une nurse soit là. Elle aimait ces moments plus que tout. Elle pouvait voyagé avec sa mère dans le livre et la magie des mots la menait vers des rêve ou le héros était elle, sa maman chérie, très souvent absente. Puis la jeuen fille grandit et vite, elle devint une lectrice avisée et une très bonne élève, surtout en français. Elle décida qu'elle serait écrivaine, pour enfant d'abord et ensuite pour adulte, pour que tous les petits enfants aux parents absents du monde puissent vivrent des moments inoubliables comme elle en avait vécus enfant.
NIVEAU INTELLECTUEL : 88/100



    ne cache rien, voyons.


QUALITÉS : Compréhensive ; Tendre ; Attentionnée ; Juste ; Maligne ; Serviable ; Aimante ; Tolérante
DÉFAUTS : Jalouse; Impulsive ; Hyperactive ; Maladroite ; Froide ; Distante ; Manipulatrice ; Ambitieuse ; Dépendante.
RÊVES : ... quelques mots
PEURS : ... quelques mots
SIGNE PARTICULIER : Ledwine à tendance à jouer avec ses cheveux lorsqu'elle est contrariée. Elle à un tatouage colombe sur les reins ainsi qu'une inscription tirée d'un livre de conte pour enfant " They lived happy and had many children ! ".



    petites questions entre amis.


IL Y A QUOI SOUS LES COUSSINS DE TON CANAPÉ ? Euh... Bonen question, faudrait que j'aille voir, mais probablement que de la poussière et des tâches !
ET DANS TON FRIGO ? Rien ou presque xD Je ne mange presque jamais là, je vais en ville.
LA COULEUR QUE TU PORTES LE PLUS SOUVENT ? Vous allez me prendre pour une folle mais essentiellement du noir... C'est sinistre, mais j'aime !
LA COULEUR DE TES CHAUSSETTES ? Blanche ou noires, jamais d'une autre couleur !
QUELLE EST LA CHOSE DANS TON SAC QUE TU PRÉFÈRERAIS GARDER SECRÈTE ? Mon carnet d'adresse avec les numéros de téléphones et autres petites notes personnelles...


    de l'autre côté du miroir.


PRÉNOM : Marie...
ÂGE : 15 ans :D
F/M ? Féminin
AVATAR :
SCÉNARIO/INVENTÉ : Inventé
ROOSEVELT, TU L'AS TROUVÉ OÙ ? Ca fait un moment que j'y suis ! xD
TU LE TROUVES COMMENT ? Mieux.
CONNEXION : 5/7 jours
AUTRE :
Vous êtes formidable c'est Autre ? ^^
MOT DE PASSE DU RÈGLEMENT :
Spoiler:
 

“ ILS VECURENT HEUREUX ET EURENT BEAUCOUP D'ENFANTS”



Dernière édition par Ledwine G. Wedenson le Jeu 25 Fév - 22:24, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ledwine G. Wedenson

avatar

● Messages : 629
● Date d'inscription : 16/07/2009

Informations

Les Relationship:

Cursus & Options:

MessageSujet: Re: L e d w i n e → Ghost&Co   Dim 21 Fév - 16:22

▬ HISTOIRE :

Projet Naissance
« Je voudrais un enfant, une petite fille...» La jeune femme se retourna vers son mari, et déposa la brosse qu'elle venait d'utiliser sur la coiffeuse dorée. Elle vint se glisser dans le lit en souriant et embrassa le jeune homme qui lui rendit son baiser en hochant la tête. Il était d'accord, ils aurait un bébé, très vite. Et il se cachérent sout les fraps en riant. Quelques mois plus tard, après 9 mois d'une grossesse parfaite, je vis le jour, moi, petit bébé adorable, je ne pensais à rien, qu'a la douceur protectirce de ma mère et son sein chaud collée avec tendresse contre ma petite tête. Je gobait ma tétine et je dormais toute la journée, en paix. Durant mon séjour à l'hôpital, avec ma maman, je vit pas mal de monde. Un grand monsieur qui me sourait et qui m'a prit dans ses bras plusieurs fois, et où je me sentais bien aussi, comme dans les bras de ma mère, il était mon père, mon géniteur et je l'ai aimer tout de suite, comme maman. Il était tendre et doux et c'est lui qui m'as prise quand on est partie dans un endroit inconnu de mes petits yeux curieux de ce nouveau monde. Il y aavit des gens et des lumière partout, mon papa qui me cachait sous lui et ensuite, l'obscurité et l'impression de volé. Un plafond bas et velours et puis, une nouvelle maison, plus belle, pluc conviviale, que j'ai aussi adoré de suite. Chez moi. ma maison, pour toujours.


Ledwine 2 ans et demi 24/08/1961
Ohh, quelle sensation merveilleuse de liberté que de posé mes petits pieds dans l'herbe douce et moelleuse de mon jardin et d'entendre mes parents me courir après en tapant des mains, heureux et moi, je riait aux éclats en criant que j'allait tomber, et c'est ce qui arriva, mais je riant encore plus et ma mère me prenait dans ses bras en souriant de bonheur. Je sentait que quelque chose avait changé mais je ne voyais pas quoi et je me contentais de recommencer à marcher, touhorus aussi heureuse dans ce pays chaud et doux qu'est la belle Australie. Et puis, voilà que ma mère tombe, évanouie et je vois mon père qui se précipite sur elle, le visage ruisselant de sueur, il me prend à la hête et me met dans le parce avant d'appeller les urgences, sa voix vacille et je vois des larmes couler sur son visage. Ma maman part avec des hommes en blanc et je ne peux pas la revoir. On me l'a prise, volée, je cris, j'ai peur, qu'elle me laisse ou qu'on m'oublie là, parmis mes jouets, et c'est ce qui arrive, mèmère Julie vient et s'occupe de moi. Papa revient, tout heureux et il me prend dans ses bras en me faisait tourner et en ne cessant de répéter« Une petite soeur, tu as une petite seour ma princesse ! C'est fromidable, formidable ! » Et moi, je rit, parce que je sens que c'est une bonne chose et que maman va mieux, maintenant que cette "soeur" est là.

Ledwine 8 ans 12/04/1966
J'ai peur, le monstre est là, il approche, je ne le vois pas, je suis dans le noir et mémère Julie est en bas, elle ne l'as pas vu mais moi, je le vois, ses yeux jaune me regarde et j'ai peur, mais elle ne peut pas le voir, seulement moi et je ne peux rien faire, je tremble comme une feuille. Il s'approche de plus en plus, bientôt, il me trouvera et me tuera, je le sais, je l'ai vu, dans le passé. Je ne pourrai rien faire et pourtant, je devrais,mais rien ne peux me sauver de lui. Il est trop fort, trop puissant, personne ne peut le battre, pas même mon papa. Il est là, ça y est, je peux voir son regard de vraise fixé sur moins, je me recroqueville de plus en plus sur mon même mais ses yeux reflétent sur le carrelage et alors, je pleure. Il est tout près de moi, je le sens, et c'est fini, je meurs, quand soudain, la lumière arrive et m'aveugle. La maîtresse me voit et je me jette dans ses bras en pleurant comme jamais, elle m'a sauver la vie cette fois, mais je sais qu'il reviendra, il vient chaque soir, quand maman, Joyce et papa dorment et il me guette, puis, il s'en va en souriant et revient lma nuit d'après, encore plus terrifiant.

Ledwine 10 ans 13/03/1968
Ledwine était noyée sous la montagne de cadeaux et il y avait des dizaines de gens autour d'elle. La fillette s'efforçait de sourire mais en vérité, elle était mal, elle se sentait abandonnée, alors que tous n'avaient d'yeux que pour elle. Et malgré tout, elle se força à ne pas pleurer et quand elle déballa ses cadeaux, elle n'était pas là, elle alla dire merci mais elle n'était toujours pas là, elle pensait à autre chose. C'est alors que son père la prit dans ses bras et elle se mit à pleurer à chaudes larmes. Tous étaient partis, et seuls des tonnes de papiers cadeaux trainaient et les jouets étaient éparses. Ledwine pleura pendant des heures puis s'endormie dans les bras de son père, elle était grande et Joyce la regardait comme si elle voyait un héros pleurer, elle n'y croyait pas. Sa si grande sœur, si forte pleurait. Elle alla la voir quand son père la déposa dans son lit et il lui demanda de veiller sur elle. C'était étrange, d'habitude, c'était sur elle que Ledwine veillait. Elle se sentie alors responsable et elle surveilla parfaitement sa grande sœur, le visage rougit et humide qui dormait en s'agitant. Alors, Joyce crut déceler un changement. Les cheveux de sa sœur étaient plus... transparents que d'habitude. Au dehors, des éclats de voix parvenaient, la fillette s'approcha de la porte et écouta, sans comprendre le sens des mots mais sentant que c'était grave. Elle ne vit pas l'ombre qui se faufilait dans la chambre et qui allait furtivement se coller au corps de sa sœur, se camouflant ainsi et la contrôlant.
« Le processus est en marche... » M. Wedenson avait dit cela avec résignation. Son épouse répliqua en criant presque et pleurant en même temps. Elle servait de quoi il parlait, mais pas Joyce.
« Je croyais que c'était réglé ! Que ce monstre n'existait plus ! Tu m'avais dit qu'il était neutralisé ! »
« C'est ce que je croyais mais visiblement non. Il est là, et Ledwine est atteinte, je ne peux rien. »
« Mais il doit y avoir un moyen ! Je ne laisserai pas ma petite fille devenir ainsi, je refuse de la voir devenir ce que tu es ! C'est déjà assez dur comme ça ! Pour peu que Joyce soit atteinte aussi ! Ohh mon Dieu ! C'est affreux ! »
La jeune femme, anéantie se laissa aller dans les bras de son mari en pleurant et Joyce revient vers sa sœur, pétrifiée. Elle ne vit toujours pas l'ombre qui passait devant ses yeux et elle sanglota en silence aussi, ne sachant pas pourquoi.


Ledwine 14 ans 17/05/1972
« Maman ! Au secours ! Je ne veux pas, aidez moi ! Au secours ! Il est là ! » Elle hurla et sa mère entra en courant dans la chambre de sa fille, elle la prit dans ses bras et la serra fort contre, caressant ses doux cheveux devenus très transparents et la rassurant avec des paroles tendres.
« Chuut, ma chérie, je suis là, tout va bien, il est parti, je suis là, il ne viendra plus.»
Ledwine se blottit contre elle et Joyce passa la porte. Elle vint contre son cœur et lui fit des bisous avant que sa mère ne lui demande de retourner se coucher. Elle n'avait pas été atteinte par le virus et parfois, elle se sentait mal quand sa sœur la regardait avec envie quand elle se coiffait ou qu'elle s'habillait et que ses vêtements ne transparaissaient pas. Elle était normale et pas elle, pourtant, elle ne lui en voulait pas, ce n'était pas sa faute, c'était à cause de ce fichu virus, ce monstre qui la transformait en fantôme et la rendait chaque année plus translucide. La famille avait déménagé après l'anniversaire des dix ans de Ledwine, espérant qu'en évoluant dans un autre environnement elle se sentirait mieux mais cela avait empiré. Maintenant ils ne pouvaient repartir et New York était leur nouvelle maison. Ledwine allait plus à l'école depuis le déménagement, elle suivait des cours à la maison mais cela ne servait à rien, elle n'écoutait pas, elle se sentait exclus encore plus durant ses leçons où elle était seule dans l'immense salon avec ce prof qui avait peur d'elle. Elle ne voulait plus ça mais elle se sentait obligé de suivre ces cours, pour ressentir qu'elle était encore humaine tout de même. Le monstre était toujours en elle et il ne partirait plus, la rongeant de l'intérieur...
Cette nuit était une nuit simple, normale, mais le mal qui tenait son âme et son cœur tait encore plus forte et si elle tenait sans sa mère els autres fois, elle avait sentie qu'elle avait besoin d'elle cette fois. Elle la remercia d'être venue et desserra d'elle, se rendormant. Sa mère resta auprès d'elle de longues minutes, s'assurant qu'elle dormait bien e repartie se coucher, une boule dans la gorge de voir son bébé ainsi.


Projet de Mort
Ledwine à 19 ans, elle est un fantôme à part entière, c'est son anniversaire et elle vient d'entrer dans le monde des morts, sous les yeux de sa sœur, Joyce et de toute sa famille. Elle ne touche pas le sol complètement et elle est transparente. Sa mère est en pleures et sa petite sœur n'en revient pas, elle s'en veut. Elle voudrait être pareille pour ne pas se sentir si mal à l'idée que sa sœur soit figée dans cet âge éternel, sans elle. Elle pleure aussi et se sert contre sa sœur qui sourit. Elle ressent tout et sachant que c'est peut être la dernière fois qu'elle sert sa sœur à trois ans de différence avec elle, elle verse quelques larmes et tient la main de Joyce alors que son père s'approche d'elle, désolée. C'est de lui qu'elle à hérité cette vie éternelle et il est le seul qui restera avec elle pour toujours. Il est très vieux, plus de 50 ans et elle, bientôt, aussi. Il lui tend une lettre qui lui est adressée. Ledwine la pend et la lit. C'est une lettre d'une grande Université, l'Université Roosevelt. Là-bas sont rassembler tous els gens comme elle du monde entier qui veulent faire des études normales et comme tous. Son père l'y a inscrite et la lettre donne toutes les instructions pour les fantômes futurs élèves. Ledwine se jette au cou de son père adorés et l'embrasse, elle est plus qu'heureuse, elle va vivre comme une humaine normale, comme elle l'a toujours voulu. Et les gens là-bas ne la regarderont pas comme une étrangère ou une contaminée contagieuse, elle sera accueillie comme tous, comme une vivante, comme une étudiante.


Dernière édition par Ledwine G. Wedenson le Ven 26 Fév - 17:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Calum A. Matthews

avatar

● Messages : 299
● Date d'inscription : 31/07/2009

Informations

Les Relationship:

Cursus & Options:

MessageSujet: Re: L e d w i n e → Ghost&Co   Dim 21 Fév - 19:19

Ledwineeeeeette =D
Good luck pour ta fiche <3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ledwine G. Wedenson

avatar

● Messages : 629
● Date d'inscription : 16/07/2009

Informations

Les Relationship:

Cursus & Options:

MessageSujet: Re: L e d w i n e → Ghost&Co   Dim 21 Fév - 20:11

Merci, ma belle ♥️ Il m'en faudra xD
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ledwine G. Wedenson

avatar

● Messages : 629
● Date d'inscription : 16/07/2009

Informations

Les Relationship:

Cursus & Options:

MessageSujet: Re: L e d w i n e → Ghost&Co   Ven 26 Fév - 17:27

Désolée du double post mais J'ai FINI ! Hihi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vicky J. Walter
/!\ Administratrice -
If you are a good member, I'll give you a cookie.

avatar

● Messages : 512
● Date d'inscription : 30/04/2009

Informations

Les Relationship:

Cursus & Options:

MessageSujet: Re: L e d w i n e → Ghost&Co   Ven 26 Fév - 20:15

Validée :p
Pas besoin du blabla habituel, donc juste bonne continuation ^^

_________________

    (c) FoX
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L e d w i n e → Ghost&Co   

Revenir en haut Aller en bas
 
L e d w i n e → Ghost&Co
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Let's go for Halloween ! [tous invités à participer !]
» Cours de dissection [Pv : Libre mais nombre de places limité]
» Chasse aux corbeaux [pv : Tyzy]
» GHOST ISLAND
» Inscriptions - Partie 58 Express

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Roosevelt University™ :: Once Upon a Time... :: Characters presentation :: Writing-
Sauter vers: